Expression 93

Accueil du site > Expression 93 > Bobigny : il n’y a plus d’électorat

Bobigny : il n’y a plus d’électorat

dimanche 6 avril 2014, par Vincent

fontsizedown
fontsizeup
2 réactions

Voir le maire de Bobigny passer à droite, c’est un peu comme la destruction du mur de Berlin, tout un symbole. Je suis allé assister au premier conseil municipal, il s’est tenu au gymnase Wallon, comme pour un match dont on saurait déjà qui a gagné et perdu. Un peu le sentiment d’être un badaud, devinant dans les visages tendus ceux de l’équipe perdante tandis que les visages rayonnants étaient ceux des vainqueurs.

Il faut dire que la Seine-Saint-Denis et Bobigny vivaient sur les restes des triomphes du PCF, une classe politique qui se sentait là chez elle comme des notables de province le sont chez eux, avec ses accointances, ses relations avec les patrons, ses associations sclérosées...

Je tombe sur une Balbynienne qui me présente ceux qu’elle connaît dans la liste conduite par Catherine Peyge (PCF) : une libraire, un médecin, un jeune socialiste avec Libé sous le bras...

En face, la liste de Droite avec des conseillers municipaux rondouillards, gênés dans leur costumes, peu habitués au cadre officiel, ne parvenant pas à cacher leur exaltation. Beaucoup ont des prénoms musulmans. Quand ils ont découvert cette liste, les colistiers de Catherine Peyge ont dû sourire : de braves gens qui ne font pas de politique, ne connaissent pas les dossiers.

C’est le paradoxe de cette assemblée : les « communistes » sont plutôt issus des classes moyennes, maîtrisent l’institution, tandis que les candidats de l’UDI ont dû connaître les discriminations, les proprios désagréables, le mépris de ceux qui ont pour principale fierté d’être blancs dans les magasins. Les « in » et les « out » inversés.

L’élection du maire est longue et pénible, chaque conseiller se levant à son tour pour aller déposer son bulletin puis se rasseyant avant que le suivant ne fasse de même. A quarante-trois personnes, ça dure. Du coup la salle s’échauffe, et lorqu’arrive le tour de Catherine Peyge, ce sont des huées qui dominent le gymnase. Catherine Peyge qui est absente. On apprendra ensuite qu’elle ne siégera pas, ayant démissionné auprès du préfet.

Les douze maire-adjoints qui sont désignés par l’UDI reprennent la diversité de la liste, on aurait pu craindre que la Droite ne fût moins sincère.

Le PCF, le NPA, LO, le PS et les Verts réunis pèsent-ils moins que l’UDI de Borloo à Bobigny ? Ce serait absurde, non ?

Petit détour par les résultats : au second tour, Catherine Peyge rassemble 5 000 voix, et Stéphane De Paoli 5 800. La moitié des électeurs ne s’est pas déplacée, soit 11 000 des 22 000 inscrits.

Mais les partis s’en moquent, l’important est d’arriver en tête. Personne ne se soucie des vrais majoritaires du scrutin : ceux qui ont pensé que ce match ne les intéressait pas. Ils auraient sans doute voté à peu près comme les autres d’ailleurs.

Qu’est-ce qui a fait « tomber » la mairie ? Le débat est souvent revenu sur les Roms. Tout le monde les chasse et la mairie de Bobigny refusait de le faire. Mais les Balbyniens ont-ils seulement voulu chasser les Roms, n’ont-ils eu que cette question ?

Ou bien Bobigny ressemble un peu à toutes les villes où les habitants sont spectateurs de la mairie. Et quand le spectacle ne plaît plus, la salle se vide d’abord. Puis les spectateurs font venir un autre bonimenteur.

La leçon pour les politologues et les politiciens pourrait être qu’il n’y a plus d’électorat « captif », le système est si fragile que des retournements aussi inimaginables que celui de Bobigny sont possibles.

Ca ne règle pas la question de la nécessaire participation des habitants aux décisions qui les concernent dans une démocratie moderne.

3 Messages de forum

  • Bobigny : il n’y a plus d’électorat Le 7 avril 2014 à 10:02 , par azerty

    « beaucoup ont des prénoms musulmans » ??

    petite question, qu’est-ce qu’un prénom musulman ??

    En même temps, pour le PCF, ces amalgames ne sont pas étonnants !

    signé : un citoyen à la gauche de la gauche

    Répondre à ce message

    • Bobigny : il n’y a plus d’électorat Le 12 avril 2014 à 08:30 , par ASPIC3

      Qu’est-ce qu’un prénom musulman ? Par exemple Mohamed ou Fatima. A l’inverse Christian, ou Christelle, marque plutôt une famille chrétienne, et Moshé ou Anoushka une famille juive.
      Le propos de l’article n’est pas de stigmatiser les candidats en fonction de la religion de leurs parents (puisque ce sont les parents qui le plus souvent choisissent le prénom que nous portons), mais de relever la différence entre la liste conduite par le PCF, classe moyenne blanche pour aller vite, et celle de l’UDI, issue des quartiers populaires pour aller vite également.

      Répondre à ce message

  • Bobigny : il n’y a plus d’électorat Le 11 avril 2014 à 19:54 , par jeanjules

    de qui les abstentionnistes sont-ils les captifs ?

    Répondre à ce message

Répondre à cet article


Proposez-nous vos articles

Vous souhaitez contribuer, nous proposer vos articles, chroniques, coups de gueule concernant la Seine-Saint-Denis ? Vous souhaitez que nous relayions vos communiqués ? Contactez-nous !

Contactez-nous !

Pour nous contacter : contact expression93.fr.


Devenir membre du site

Vous inscrire

L´abonnement vous permet d´intervenir sur les forums réservés aux visiteurs enregistrés et de recevoir les lettres d´informations.

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Liste de diffusion :
  • Liste d’information Cette liste vous informe des nouveautés sur expression93.fr et de (...)

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
conception graphique par Andreas Viklund sous licence free for any purpose